Qui nous sommes

Nous sommes dévots de Siva  épris par la magnificence de l'hindouisme, sa pensée, sa spiritualité, sa sagesse, son savoir-vivre, ses pratiques efficaces et ses connaissances profondes. On cherche à présenter cette merveille en son essence la plus pure,  en toute sa beauté et ainsi l'offrir  

aux francophones du monde.

© 2019 par L'équipe de Siva fièrement créé avec Wix.com

Qu’en est-il des castes et de l’intouchabilité ?

Le système des castes est une division héréditaire de la société indienne basée sur les professions. La caste la plus basse, considérée comme intouchable, est victime de discriminations et de mauvais traitements. Il est illégal en Inde de discriminer contre quelqu’un sur la base de sa caste, de le maltraiter ou de l’insulter.

Le mot caste, dérivé du portugais casta, soit ‘clan’ ou ‘lignée’, se réfère à deux systèmes au sein de la société hindoue. Le premier est varna, la division de la société en quatre groupements: 1) les ouvriers, 2) les commerçants, 3) les législateurs, ceux chargés de de faire respecter les lois et les militaires, et 4) les prêtres. Le second système se nomme jati et comprend des milliers de corps professionnels où les membres suivent leurs traditions particulières et se marient d’ordinaire entre eux.

 

Mais aujourd'hui, et surtout dans les régions urbaines, ce système évolue. Les mariages se basent souvent sur la situation financière des familles plutôt que sur la jati. L’industrialisation et l’éducation florissantes de l‘Inde contemporaine transforment la jati en éliminant ou changeant les professions sur lesquelles elle fut fondée, ou en en créant de nouvelles. Les jatis d’aujourd'hui sont moins des corps professionnels que de grands clans de familles apparentées.

Au bas du système se trouvent lesdits intouchables, qui font les métiers les plus impurs et ont souffert tout comme les noirs d’Amérique, qui regagnèrent leur liberté il y a à peine 150 ans. l’Inde a adopté de fortes lois pour affronter la discrimination basée sur les castes. Les Hindous contemporains déplorent celle-ciet cherchent à la combattre, tâche difficile qui prendra des décennies, surtout dans les villages--tout  comme aux USA vis-à-vis de la discrimination raciale .

Élaboration :

La question de caste est presque  toujours l’arme de choix de ceux qui voudraient rabattre l’hindouisme. Dans les écoles occidentales on présente la caste comme l'élément essentiel et la faille fatale de l’hindouisme. On n’hésite pas à répéter qu’en Inde l’intouchabilité est courante et, bien sûr, les Occidentaux en sont choqués.

 

Comment répondre? On doit d’abord dissocier la stratification sociale du problème de discrimination de race ou de classe.

 

1) La stratification sociale. La société indienne est ancienne. Elle a maintenu sa culture et sa religion pendant des millénaires. Pendant ce temps par contre, l’Europe n’a pratiquement connu que des bouleversements. Pourtant, nous n’avons qu’à remonter au XVIIe, avant la révolution industrielle, pour y trouver un système social semblable à celui des castes. La société européenne comprenait l’élite terrienne (dont les familles royales, une caste strictement héréditaire maintenue jusqu’à ce jour), les commerçants, les artisans et les paysans. Les artisans créèrent des corporations, ou guildes, basées sur la profession, qui servaient à la fois de syndicats fermés et de monopolisateurs des marchés. On en retrouve les traces dans les noms de famille occidentaux tels que Smith ou Charpentier. Il n’y avait pas d’éducation publique et  le métier familial se transmettait de père en fils. Puisqu’il n’y avait guère de développement technologique les métiers changeaient peu. Une fois venues, l’industrialisation et l’éducation publique occidentales apportèrent des innovations, mais qui ne détruisirent pas le système de classe--tout comme ces mêmes événements sont en train de transformer la caste et la jati en Inde moderne.

2) La discrimination de race ou de classe. Les Indiens connaissent généralement mal l’étendue de la discrimination en Occident aujourd’hui. On trouve dans les villes américaines, par exemple, des centaines de milliers d'âmes vivant sans abri et dans la misère totale. Voici de véritables ‘intouchables’. A cause de la ‘fuite des blancs’ vers la banlieue, les villes américaines sont devenues aujourd'hui encore plus strictement ségréguées en fonction des distinctions ethniques qu’avant le mouvement pour les droits civiques des années 50. Pour le même crime, on passe des sentences plus sévères pour les Américains noirs que pour les blancs. Et nombreux sont les Indiens indigènes de l’Amérique qui vivent au bas de la société, pauvres, alcooliques et habitant sur des réserves arides.

Quand l’Hindou parle ainsi à son interlocuteur et lui dit
« Vous en faites de même chez vous ! » cela ne le décharge nullement de sa responsabilité, de toujours faire de son mieux pour mettre fin à la discrimination de caste. Mais il rappelle en même temps à tous ceux qui l’écoutent, quel que soit leurs pays, qu’eux aussi sont chargés de diminuer et enfin d’éliminer toute discrimination raciale, ethnique ou sociale.

Les quatre castes ou varnas autour du Dieu Ganesha, l’ouvrier, le commerçant, le militaire et le prêtre. Ces divisions sont naturelles et apparaissent dans toutes les sociétés. On retrouve partout, par exemple, des syndicats, des sociétés commerciales, des armées et des forces policières, et des chefs religieux.