Qui nous sommes

Nous sommes dévots de Siva  épris par la magnificence de l'hindouisme, sa pensée, sa spiritualité, sa sagesse, son savoir-vivre, ses pratiques efficaces et ses connaissances profondes. On cherche à présenter cette merveille en son essence la plus pure,  en toute sa beauté et ainsi l'offrir  

aux francophones du monde.

© 2019 par L'équipe de Siva fièrement créé avec Wix.com

Manuscrits lémuriens

Origines, histoire et destin de l’humanité

 

Satguru Sivaya Subramuniyaswami

Chapitre 2

Le Cycle des Yugas

18 Ce n'est qu'avec l'avènement du règne animal qu’il devint nécessaire de faire tapas (austérités) ou sādhana (pratiques spirituelles) pour transmuter les feux du désir instinctif. Un temps viendra, vers la fin du dvāpara yuga et pendant le kali yuga, où l'âme s'incarnera dans un corps humain, puis se trouvera précipitée à nouveau dans le monde animal, puis dans le corps humain, puis précipitée encore une fois dans le monde animal, et une fois encore dans le corps humain, simulant une guerre entre dévas et démons. Il y aura des familles qui demeureront dans des grottes profondes, ce qui dans leur évolution, constituera le premier pas hors du monde animal, elles qui n’étaient pas récupérées par les cérémonies de sacrifice pendant le tretā yuga.

L’Ère sublime que fut tretā yuga

19 Pendant le tretā yuga, la Terre était luxuriante et merveilleuse pour ces âmes qui évitèrent le monde animal et poursuivirent leur évolution sur Terre sans interruption tout en continuant à vivre dans leurs corps originels. Tout au long de cette période, nous avions considérablement perfectionné nos monastères qui étaient des laboratoires, pour aider ceux qui avaient été capturés. Nous vivions tous ensemble en harmonie totale, et le monde était magnifique. Nous étions tous créatifs et nous consacrions à des activités plutôt mentales que physiques. Tout se trouvait en un état de complétude parfaite à chaque moment, en raison de la nature du yuga et de notre culture. Même lorsque l'âme perdait son corps originel au profit d'un animal affamé, cela ne perturbait pas son équanimité intérieure. Ce ne sera qu’à la fin du dvāpara yuga, et ce jusqu’au bout du kali yuga, que cette plénitude culturelle et cette expressivité naturelle de l'âme se perdront, et que la séparation entre vie intérieure et vie extérieure deviendra un obstacle colossal, nous prédit-on. Quand les autres âmes entraient dans le royaume animal, cela était considéré comme une participation naturelle au processus d'évolution sur cette planète, bien que nous évitions tous l’expérience aussi longtemps que possible. Seules les âmes qui revenaient des troupeaux d'animaux, et qui s’intégraient par mutation à l’espèce humaine qui se formait tout juste (espèce qui se constituait de corps capables de s'accoupler) connaissaient un peu la dualité du bonheur et du chagrin.

La proportion de ceux qui sont encore dans leur corps d'origine

20 Quand le Sat Yuga se terminait avec l'avènement du tretā yuga, le rapport entre les êtres divins et ceux entrant dans le règne animal était environ de trois pour un. Et pendant le tretā yuga, ce ratio devint moitié-moitié. Mais maintenant que ce yuga s’achève, on compte une âme toujours dans son corps originel contre trois pour les autres. Nos prophètes nous disent que pendant les dvāpara et kali yugas, chaque âme céleste vivra soit dans un corps animal, soit dans un corps humain composé de chair, d’os et de feu. Et ce sera à la fin du dvāpara yuga, que tous verront et se souviendront des vertus du tretā yuga et raconteront son histoire, sa culture dans d’admirables écrits, alors qu’ils font face au spectre sombre, redoutable et sinistre  du kali yuga. Bientôt, l’homme, oubliant les vertus de notre tretā yuga, ainsi que les principes de bonne conduite et les façons d’utiliser ses pouvoirs mentaux positivement, commence à oeuvrer à des fins ignobles. Alors, il se livrera à des batailles mentales contre ses prochains, et s’adonnera aux arts noirs comme un divertissement. C’est au cours du kali yuga que les hommes s'entretueront. Mais pendant le dvāpara yuga, il n'y a toujours pas de tuerie, pas de combat comme pendant le kali yuga. Mais on blessera volontiers l'esprit d’un autre dans la nuit tombante de son âme. Ce sera pendant le kali yuga, après que les âmes se présentent sous forme humaine, chargées de désirs, de passions et de ferveur reproductive, que les ethnies et les religions de toutes sortes commenceront à se former. Avant cela, il n'y avait qu'une seule religion. 

S’exercer à prolonger notre capacité déclinante à voler​

21 Notre capacité à voler commence à diminuer, et il devient impossible de voyager sur de longues distances. Alors, nous ne volons plus que pour jouer et faire du sport, afin d'exercer cette faculté qui s'estompe rapidement. On nous voit marcher, puis voler un peu et marcher à nouveau, l’un puis l’autre, trois ou quatre cents mètres à la fois. Ceux ayant des corps plus denses en sont incapables et s'émerveillent de notre don. Mais, les enfants en sont parfois capables, même dans leurs corps humains; ils les soulèvent dans les airs et tournoient en dansant, jouant ensemble. Ils pouvaient voler sur de longues distances, mais n'avaient pas vraiment le désir de se déplacer parce qu’ils étaient si bien chez eux qu'ils n’avaient pas besoin d’aller ailleurs. Le signe de la perte de ce don, a-t-on prédit, marquera le début officiel de l'apparition du dvāpara yuga dans l'espace et le temps. Alors de vastes substances vont se former et diviser la terre. Les ténèbres vont prévaloir et obscurcir l'esprit, dit-on. La perte de la connaissance et la perte de la capacité de développer des facultés divines dans le corps humain se produiront, dit-on. Cependant, les Mahādevas forceront certaines âmes à recevoir de grandes connaissances. Elles les transmettront à l'écrit et à l'oral tout au long du kali yuga pour stabiliser la foi et la culture, dit la prophétie.

Prédiction sur le dvāpara yuga

22 A la fin du dvāpara yuga et dans la zone obscure de la planète, on assiste à la destruction de tout ce qui a été construit pendant le tretā yuga. Les armées de lumières et celles des ténèbres se trouvent séparées par les océans. L'atmosphère devient moins dense. Pendant ce temps, l’obscurité s’installe chez l’homme habitant une certaine partie du monde, tandis qu'en l’autre partie, c’est la lumière intérieure qui se manifeste chez les êtres, créant une sorte d'équilibre. Des monastères se forment pour maintenir les forces de lumière et garder l'équilibre de tous les humains. En revanche, les être des régions obscures de la Terre n'érigent aucun monastère et se consacrent aux soins du corps et à l'agriculture. Chacun cherche à exploiter l’autre par des manipulations mentales. On essaie de convertir les autres à sa religion et à sa philosophie. On ne laisse personne tranquille. Les pensées deviennent très importantes pour tout le monde. Chacun essaie de programmer les pensées des autres. La destruction de cette civilisation du tretā yuga marquera le début du kali yuga. On perd la connaissance et la capacité de développer des facultés divines dans le corps humain, dit-on. Cependant, les Mahādevas forceront certaines âmes à recevoir de grandes connaissances et celles-ci les transmettront à l'écrit et à l'oral tout au long du kali yuga pour stabiliser la foi et la culture, dit la prophétie. Nos précepteurs nous enseignent: "Pendant le dvāpara yuga, beaucoup d'entre vous reviendront du règne animal sous forme humaine et ressentiront le pouvoir de la raison et de la mémoire". L'homme s’éloignera alors de ses confrères pour s'efforcer de  contrôler les forces en lui, dans le but de redevenir ce qu’il était auparavant: libéré du cycle de réincarnation animale qui se perpétue par la procréation. 

Libérer les âmes de l'incarnation animale 

23 Une des fonctions majeures de certains temples pendant cette période finale du tretā yuga est de provoquer, grâce au sacrifice, la délivrance des âmes du royaume animal. Souvent, l'âme ainsi libérée d'un corps animal pouvait s'incarner dans une famille humaine qui assistait à la cérémonie. Mais plus tard, nous prédisons que pendant le dvāpara yuga, on se considérera bien chanceux de recevoir une bénédiction d'un Mahādeva, parce que l’équilibre du tretā yuga entre âmes vivant en leurs corps originels et âmes vivant en un corps humain se trouvera désormais rompu à ce moment de l’espace-temps, à cause du grand nombre d’âmes vivant en un corps de chair et d’os et ce genre de cérémonie sacrificielle deviendra inefficace puisque la vibration de la Terre ne permettra plus ce type de transmigration. À ce moment-là, beaucoup commenceront à consommer de la viande et du poisson comme le font certaines bêtes, absorbant ainsi leur caractère composé de désirs et de ruses et se mettront à vivre avec l’état de conscience animale instinctive. Alors quand le Sat yuga se lèvera, ces âmes célestes qui ont été piégées dans le système nerveux instinctif, sortiront lentement du règne animal et du corps humain et trouveront leur délivrance. Leurs corps humains ressembleront toujours aux quelques corps originels que nous avons encore parmi nous, mais ils auront toujours le feu et le bouillonnement du système nerveux animal. Pendant le kali yuga, les humains suivront aveuglément les chemins battus et leurs influenceurs. Ce ne sera pas difficile, puisque les voyants ne seront plus capables de voir ni clairement, ni très loin.

Les rayons du Soleil central pendant le Sat Yuga 

24 Les rayons cosmiques du Soleil central seront de plus en plus forts, annonçant l'aube du prochain Sat Yuga. Il y aura une nouvelle vibration, et tout changera. L'humanité commencera à se comprendre à nouveau et à manifester la vertu à mesure que le Sat Yuga déploiera rapidement sa force. Beaucoup périront, ceux qui ne sont pas prêts pour la lumière de ce yuga. Ceux qui sont au diapason du Sat Yuga éprouveront la beauté de son aube, sans être affectés par les changements astrologiques et terrestres qui feront perdre la vie à ceux qui ne sont pas éclairés et sont liés par le dragon féroce de la luxure. Il y aura d'autres changements atmosphériques tel que le chaud et le froid, les gaz, les produits chimiques et autres afflictions, qui provoqueront l'avènement du yuga. À mesure que celui-ci progresse, on comprendra ce qu’est cette planète et on collaborera avec elle au lieu d'essayer de la contrôler, réalisant quels sont ses besoins à elle et la laissant traverser ce qu'elle doit traverser. Cette compréhension provient de l’esprit de l'homme. Ce moment verra les humains changer de fond en comble. Ils ne penseront plus comme auparavant. Toute chose répondra aux nouvelles vibrations des espaces mentaux et physiques, les rayons cosmiques devenant de plus en plus forts, amenant le Sat Yuga. Tout cela sera l’effet d’événements produits dans l'espace galactique. Alors que le yuga se lève, toute chose sur Terre se trouvera purifiée à grande échelle par le biais d'une nouvelle méthode de communication de masse. Au moment où l’on immigrera à nouveau d'autres planètes comme cela se faisait au Sat Yuga, le changement sera complet et l'aube du Sat Yuga sera pleinement arrivée. Le changement sera progressif et s’intensifiera beaucoup. Au début, on aura l'impression que le temps s'accélère, et nous changerons nos conceptions sur l'espace. Cependant, ces changements se ressentiront d’une façon nouvelle, car la planète prendra de l’âge et se refroidira un peu. À mesure que le temps passera, il y aura de moins en moins de changements sur Terre parce que la planète continuera à se refroidir. Tout va se mettre en place. Le Soleil central est invisible, tout le contraire de notre soleil physique, comme s'il n'était pas, mais tout gravite autour de lui et l’on ressent ses rayons comme les rayons du Soi, sans pour autant qu’on les voie. Il est ce seuil de la Conscience absolue.

Cycles du temps, de l'esprit et de l'espace

25 Le Soleil central est invisible, tout le contraire de notre soleil physique, comme s'il n'était pas, mais tout gravite autour de lui et l’on ressent ses rayons comme les rayons du Soi, sans pour autant qu’on les voie. Il est ce seuil de la Conscience absolue. Les yugas sont le résultat de la révolution autour du Soleil central, qui est comme un vide intense dans l'espace. Il y a eu plusieurs séries de yugas avant ceux-ci, au cours desquels des événements semblables se sont répétés. Les yugas sont des cycles temporels, spirituels et spaciaux. Le temps est un mouvement circulaire à un haut niveau de l'esprit, et non  pas une ligne droite. L'espace aussi est circulaire. L'espace, les étoiles, les planètes, les lunes, le temps et l'esprit gravitent tous autour d'un Soleil central, précisent nos śāstras. Il existe des planètes semblables à la Terre, mais plus anciennes et lointaines dans les yugas à venir. Cette planète est plus jeune et moins avancée en termes de yugas. Mais de grandes âmes vivent sur Terre qui ont vécu dans d'autres yugas ou d'autres Terres, et qui reviennent maintenant en tant que guides.

Quatre cycles de yugas sur Terre

26 Chaque yuga est un cycle de temps et d'espace. La fin du prochain kali yuga sera la fin du troisième cycle complet de yugas depuis que cette planète est devenue habitable. Le prochain Sat Yuga marquera le début du quatrième cycle de yugas. Au cours du deuxième cycle, des êtres célestes arrivèrent d'autres planètes, apportant avec eux de la végétation. Leurs vaisseaux spatiaux passant au-dessus de la surface de la Terre semèrent des graines et du feuillage. Puis les êtres célestes vinrent en grand nombre et planèrent au-dessus de la Terre dans leurs corps éthériques. Certains devinrent des oiseaux, ainsi que des petits et grands animaux puisqu'ils ne pouvaient endurer la duplication du corps de l'âme divine avec la force requise pour vivre sur Terre à ce moment-là. En raison des conditions sur Terre et des gaz atmosphériques, une mutation à l'origine de l'esprit instinctif sur cette planète se produisit parmi toutes les âmes divines. À la fin du deuxième cycle, les animaux étaient grands, beaux et heureux. Même pendant ce yuga, les petits animaux du deuxième cycle de yugas continuent à prendre forme humaine. Il y aura beaucoup d'humains sur Terre lorsque cette planète entamera le quatrième cycle des yugas, nous ont expliqué nos śāstras.

Espèces angéliques chez les oiseaux et les mammifères

27 Certains oiseaux sont une espèce de dévas qui ne s'incarneront jamais dans d’autres corps. Toutes les créatures qui pondent des oeufs sont des dévas et demeurent dans les régions subtiles de cette planète. Cela inclut les tortues, les serpents, les poissons, les lézards et les oiseaux. Cependant, les grands mammifères marins qui mettent bas finiront par naître en tant qu’humain. La majeure partie de la Lémurie sera sous de vastes étendues marines pendant le kali yuga, protégée par lesdites espèces nageant aux abords, disent-ils.Pendant le prochain Sat Yuga, reviendra la compréhension de la façon de coopérer avec les rayons du Soleil central, et de s’en servir. Alors l'homme vivra à nouveau sous terre, comme il faisait avant de venir sur cette planète, et se souviendra ensuite comment voyager facilement dans l'espace.

S'adapter aux vibrations de chaque yuga 

28 Au début de chaque yuga, l'âme céleste en chaque corps ne saisit pas immédiatement comment s'adapter au flux mental qui l’entoure. Mais à mesure que le yuga progresse, le cerveau et l'intellect s'adaptent facilement aux nouvelles énergies actives. Le point culminant du dernier Sat Yuga et celui du suivant, nous disent nos voyants, existent simultanément à un moment donné. Le début du prochain Sat Yuga ressemblera à la fin du tretā yuga. Il y aura des similitudes tel que la capacité de l'humanité à comprendre sa véritable nature, à voler sur de courtes distances, le degré d’harmonie existant entre les peuples, et le fait que les anciens ordres monastiques floriront à nouveau sur Terre. Pendant le prochain Sat Yuga, reviendra la science du maniement des rayons du Soleil Central. Alors l'homme retournera vivre sous terre comme il faisait avant de venir sur cette planète, et ensuite, il se souviendra comment voyager facilement dans l'espace, ce qu’il ne fera jamais tant qu'il ne vivra pas sous la surface de la Terre, nos prophètes nous disent clairement. 

 


Placer des livres dans l’ākāśa

29 Nous avons un livret de śāstra (recueil de connaissances hindoues) assez épais, qui décrit les méthodes utilisées pour placer les manuscrits de toutes les cultures et époques durant la dernière partie de ce yuga dans l’ākāśa (ciel mystique, ether). Il explique que toute vie manifeste provient des énergies au sein de la substance intérieure de toute conscience et se répand à travers tous les autres éléments (la quintessence). Tous ces éléments existent à l’intérieur d’une graine. Une graine est directement reliée à l'ākāśa, et l'huile d'une graine est un tuyau qui le pénètre et le relie au plan physique. Pour placer des livres dans l’ākāśa, il faut d'abord les tremper dans l'huile et ensuite les brûler, nous explique le livret. C'est en trempant les livres dans des huiles vivifiantes, puis en les lisant à haute voix pour les imprimer dans la mémoire ākāśique et en les brûlant pour les mettre dans l'ākāśa astral que tous les registres de l'histoire, de la philosophie et des prophéties sont écrits. Les livres qui se trouvent dans l'ākāśa ont été créés de cette façon, à partir d'huiles tout à fait identiques à celles de la Terre. Mais selon cette méthode, c'est l’aspect le plus essentiel de ces huiles qui est au coeur de toutes les formes manifestes de l'ākāśa. L'huile est un type très condensé de force magnétique. Tout ce qui s’écrase finira par se transformer en huile, nous dit-on. L'huile contient le feu et bien d'autres éléments. Pendant le treta yuga, tous ceux qui utilisaient consciemment l'œil unique avaient accès à l’un de ces livres où à tous ces livres. Plus tard, dans le kali yuga, lorsque ce ne sera pas possible, des livres seront écrits et de nombreuses copies du même livre seront faites pour être lues par ceux qui ont l'usage des deux yeux, ou de l'un ou l'autre.

Corps d'Origine, Premiers Corps de Chair 

30 Nos corps terrestres originels avaient une ossature très flexible lors du Sat Yuga. Les os pouvaient se courber de 5 centimètres ou plus sur toute leur longueur, ceci à cause de l'atmosphère de l'époque, semblable à celle des grandes profondeurs marines. L'atmosphère changera à nouveau pendant les dvāpara et kali yugas, et les os durciront. Elle changera encore lorsque le prochain Sat Yuga prévaudra. Vers la fin du Sat Yuga passé, les corps originels contenaient une forte teneur en huile, alors qu’on constate que les corps de chair contiennent surtout une abondance d’autres liquides, et que même le sang diffère des huiles d’origines. Il en est ainsi tout au long du kali yuga. En raison de la forte teneur en huile des corps originels, les os étaient malléables et élastiques, comme ceux des serpents ou des poissons. Tout au long du tretā yuga, nous avons pu conserver ces corps fibreux riches en huile et garder leur flexibilité et souplesse. Dans ces corps tendres et flexibles, nous contactions facilement les êtres d'autres planètes.