chap-3-for web.jpg

Manuscrits lémuriens

Origines, histoire et destin de l’humanité

Satguru Sivaya Subramuniyaswami

Chapitre 7 


Formation des moines

88 Tous les jeunes qui arrivaient au monastère recevaient un enseignement soigné au cours d’une période prolongée, et lorsque l'un d'entre eux était devenu compétent, il continuait à faire la même chose pour le restant de sa vie. Nous nous intéressons moins à accumuler quantités de compétences extérieures à nous, et nous nous préoccupons plutôt de visions intérieures, de voyage interplanétaire, d’acquérir une maîtrise très fines des mouvements de nos esprits, de moyens subtils de communication et de plonger profondément en nous en quête du Soi. Nous prenions grand soin de notre monastère et de notre temple, ce qui occupait tout notre temps car nous suivions une routine stricte. On nous dit que cette routine n'a guère changé depuis des milliers d'années, chacun d'entre nous en exécutant une petite partie.


Manuels ākāśiques de procédure

89 Chaque aspect de la formation d'un moine est consigné pour lui dans les livres ākāśiques. Y sont décrits les moindres gestes de la main pour accomplir sa tâche, ainsi que la méthode et le moment propice. Par conséquent, il savait exactement comment faire, où et quand se réunir en petits ou en grands groupes de moines. Mais la plupart du temps, chacun était seul, car la carte de gestion du monastère était tellement précise qu'il était rare de se trouver à plusieurs au même endroit en même temps, sauf si la tâche le nécessitait. Le plus aîné enseignait toujours au plus jeune, et dans le cadre de la formation de celui-ci, on lui apprenait à lire dans l'ākāśa le livre exposant clairement la fonction de base qu'il devait remplir au sein du monastère. S'il partait en pèlerinage ou en tapas, un autre reprenait cette tâche. Ainsi, cette vaste équipe d'êtres poursuivait-elle sa mission sur Terre, amenant à celle-ci les radiations divines de nos autres planètes.


Représentant de la prêtrise lémurienne

90 Le sacerdoce lémurien comprend toutes les phases des pouvoirs mentaux que représentent les divers groupes d'individus, allant du moins évolué au plus haut. Chacun doit être représenté, aucun n'est négligé. La culture lémurienne tend à mettre l'accent sur l'aspiration à la transcendance pour tous et chacun, ceci servant de norme à ceux d'entre nous qui sortons à peine du règne animal pour prendre forme humaine. En revanche, cette approche culturelle ne devrait pas exister dans nos temples et nos monastères. Au sein du monastère, chacun apprend à ne pas se démarquer de l’autre, qu'il soit évolué ou non, dans un corps manifesté ou né d’un mammifère humain. Il est souhaitable, et même obligatoire, que ce refus de la démarcation persiste pour que le monastère puisse remplir sa fonction et que le Dieu puisse faire de même  dans le temple. Nous savons tous que notre Grand Dieu et les autres Dieux dirigent les temples. Les gurus de notre culture dirigent les monastères. Les moines de cette grande prêtrise lémurienne se fondent tellement bien dans la force vibratoire du darshan, qu’au sein du monastère, on ne ressent la présence que d’une seule personne, un seul autre hormis le guru, et semblablement au temple, on ne ressent qu’une personne hormis le Dieu, même s’il y a là un millier d’adhérents. 


La formation dès le plus jeune âge

91 La formation du prêtre lémurien commence dès l’enfance. Le Lémurien devient prêtre du monastère au moment de son initiation et débute sa formation, ou s’il a déjà été formé dans un autre monastère, remplit son office. Afin de maintenir l'intégrité du champ de force pour que le darshan persiste lorsqu'un groupe de prêtres lémuriens se réunit, chacun d'entre eux doit se conformer à la tradition en se plaçant en ligne ou en cercle, toujours selon la hiérarchie monastique et la durée de son séjour au monastère. Chacun des prêtres, dès son entrée, a un contact direct avec le guru, avec le groupe de dévas du monastère et de tous nos monastères, et avec notre Dieu, le Grand Dieu de l'univers. 


Séniorité des Prêtres

92 Quand les prêtres se formaient en cercle, ils se répartissaient soigneusement de gauche à droite en fonction du temps passé dans ce monastère particulier. Plus le prêtre lémurien reste dans un monastère, plus il est capable de propager le darshan de ce monastère-là. Au sein du monastère, on trouve non seulement des prêtres, mais aussi des étudiants résidant de courte ou longue durée. Ils doivent autant que faire se peut selon leur évolution, et sans avoir à y adhérer de façon directe, suivre les protocoles du monastère, car ces résidents vont de monastère en monastère plus fréquemment que les moines. Il faut bien savoir que toute initiation doit être tenue secrète entre le guru et l'initié. Ni les initiations ni les enseignements transmis en secret ne doivent changer quoi que ce soit dans la vie quotidienne des moines lémuriens. 


Formation des aînés de la communauté

93 Les anciens de la communauté qui entoure notre temple doivent transmettre les enseignements, élever les enfants et former certains d'entre eux afin qu'ils soient dignes d’être admis dans nos monastères. C’est uniquement grâce à cette compréhension et suite d’actions que la culture lémurienne se pérennisera et sera forte sur cette planète. On permet aux anciens de la communauté de visiter et vivre dans nos monastères, de rapporter les enseignements écrits chez eux et d’apprendre à lire les grands livres des bibliothèques ākāśiques. Il est de la responsabilité de tous les gurus lémuriens de choisir avec soin les jeunes hommes qui étudieront chez les aînés avant d'accéder à la prêtrise. L’enseignement que transmet l'ancien comportera sa propre formation, car peut-être deviendra t-il prêtre très jeune en sa vie prochaine. Si effectivement cette destinée se manifeste pour lui, on l’invitera en sa vie prochaine, tandis qu’il est toujours enfant,  à quitter foyer et parents pour venir au monastère et y être élevé par les moines. Comme il se souviendra de la formation qu'il a donnée à de nombreux jeunes moines lors de sa dernière incarnation, le succès de sa formation monastique est assurée. 


Calcul de l’âge monastique

94 Au monastère lémurien, nous calculons le temps en fonction du cycle lunaire. Dans l'intensité du lieu, deux cycles lunaires forment un cercle, soit une année, d’âge monastique. Ainsi, calcule t-on l’âge monastique de l’individu de façon précise. Chacun part à zéro, qu’il ait un an ou vingt ans d’âge physique à son entrée, et grandit naturellement de cercle en cercle. Lorsque le jeune lémurien entre au monastère pour la première fois, il doit avoir au moins un cercle d’âge monastique. Et celui qui était un aîné en sa vie précédente et formait des moines peut entrer au monastère dès sa première année et grandir en sa vie monastique en même temps qu’en sa vie physique.


Les deuxième et troisième cercles

95 Au cours de son deuxième cercle au monastère, sa formation du moine doit ainsi être semblable à celle d'un enfant âgé de six à douze cercles. Lorsqu'on atteint le troisième cercle de douze lunes, on considère qu'il est âgé de douze à dix-huit ans, et c'est généralement à cette époque qu'il est initié et entre dans la prêtrise lémurienne. Pendant cette période, entre l'âge monastique de douze et dix-huit ans, il doit répondre à des exigences plus strictes, car il n'est plus considéré comme un enfant. Néanmoins, il doit être surveillé soigneusement par ses aînés qui sont tous ceux qui ont un âge monastique plus élevé. Quand le moine lémurien atteint son quatrième cercle, entre dix-huit et vingt-quatre ans selon nos standards temporels, il doit débuter son office en appliquant les règles qui lui ont été enseignées, et ce, pour toute la durée de son séjour au monastère, voire pour le restant de sa vie. 


Exceptions aux normes de formation

96 Seule l'éducation, qui est un aspect prédominant de notre culture, peut changer cette usage au sein du monastère. Si la contribution du moine à notre culture littéraire est tellement importante que les anciens de notre communauté en font usage,  ou s'il émane de lui un darshan exceptionnel résultant de son évolution personnelle, intensifiée par ses disciplines, alors, le moine est exempté de certaines des tâches qui lui incombent au sein du monastère ou du temple. 


La formation telle que décrite dans les textes anciens

97 Les manuscrits ākāśiques décrivent la formation de chaque moine lémurien tout au long de sa vie, année par année, un cercle sacerdotal équivalant à six ans. Certains de ces manuscrits décrivent la pratique spirituelle quotidienne de nos moines lémuriens centenaires avec une telle minutie que seuls les plus astucieux sont capables de suivre ses indications. Seuls nos gurus ont accès aux protocoles contenus dans ces manuscrits rédigés sur notre planète d'origine et placés soigneusement dans l'ākāśa pour être lus par les gurus de la Lémurie. 


Latitude pour les nouveaux moines

98 Au cours des six premières lunes du monastère et après avoir franchi le mur, tous doivent apprendre à connaître le nouveau venu, et on doit l'instruire en lui contant les histoires préférées du monastère et en jouant avec lui pour l'intégrer au groupe. Les sports de toutes sortes ont toujours fait partie de notre culture depuis notre arrivée sur la planète. Ils maintiennent sa force, dans la mesure où l’action au sein d’un groupe fait perdre toute conscience extérieure de soi-même. Un nouveau moine ne devrait pas se voir confier beaucoup de responsabilités tant qu'il n'est pas bien installé dans son deuxième cercle, soit entre neuf et douze ans d’âge monastique. Jusqu'à ce qu'il atteigne cet âge, on doit lui raconter des histoires et lui enseigner les finesses de conduite qui ne peuvent être apprises qu’au monastère, et le faire participer aux divers jeux physiques et mentaux qui se jouent chaque jour. C'est au cours du troisième cercle, entre l'âge monastique de douze et dix-huit ans, qu'il convient de le soumettre à des tests de volonté, de force et de courage, de l'exposer à de nombreux loisirs et de lui conter maintes histoires sur les réussites passées et futures de notre culture. Toutefois, entre douze et dix-huit ans, épaulé par les prêtres lémuriens expérimentés qui le forment, il n'assumera que peu de responsabilités directes. 


La transmission de responsabilités personnelles

99 C'est entre douze et dix-huit ans d’âge monastique que le moine reçoit sa formation personnelle et que, généralement, on l'initie en tant que membre permanent de l'ordre monastique. C'est pendant ce troisième cercle de ses années de moine, entre douze et dix-huit ans, que ses aînés doivent s'intéresser personnellement à sa capacité de se remémorer les enseignements et récits en testant son intelligence philosophique. Ce n’est que vers la fin du troisième cercle qu’on lui accorde ce type d'attention, entre seize et dix-huit ans. Le résultat de ses performances dans les différentes disciplines devient ainsi apparent et il est placé à un poste de service permanent approprié au sein du monastère. 


Indulgence durant la troisième année

100 La routine du moine lémurien entrant en son troisième cercle monastique ne doit jamais être rigide à outrance, en aucune façon. Il faut lui donner le temps de jouer, d'être jeune et d’aller ci et là, ou de monastère en monastère s'il aide à la réalisation de projets que ses aînés ont initiés. Ce n'est qu’au cours du quatrième cercle qu'il s'installe dans une activité réglementée.