Chapitre   

44

Qu'est-ce que le yoga ?

RS1-in gods hand.jpg

Assis sous l'immense banyan, le voyant Patanjali, assis sur le serpent à cinq têtes qui représente la kundalini, la puissance dorsale, enseigna la voie du yoga qui mène à la découverte du plus profonds de soi.

Retour à Siva

Un abrégé de l'enseignement hindou sivaïte

Yoga signifie « joug » ou « union ». C'est le système hindou qui permet d’atteler notre conscience individuelle à la conscience transcendante ou divine. Le yoga a été décrit il y a plus de 2000 ans par le sage Patanjali dans ses Yoga Sutras comme un système de méditation comptant huit branches ou étapes. Par conséquent, il s’appelle ashtanga yoga (yoga à huit sections), ou raja yoga (le yoga royal), que Patanjali définit en tant que « maîtrise des activités mentales ».


Les deux premières étapes se nomment yama (principes par lesquels on cesse de faire ce qui est nocif) et niyama (principes de pratiques spirituelles, soit ce qu’il faut faire). Ceux-ci définissent le style de vie spirituelle qu’il faut épouser pour réussir en méditation.


Asana (siège, position ou repos) est la troisième étape, ou l’on apprend à s’arrêter et à s’asseoir, sans qu’il n'y ait plus d’agitation physique, mentale ou émotionnelle. On essaie de prolonger cette période de tranquillité. Le hatha yoga (yoga du corp physique) favorise cette pratique en équilibrant les énergies de l'esprit et du corps, promouvant la santé et la sérénité.


La quatrième étape est pranayama, le contrôle de la respiration, soit le contrôle de la prana (énergie subtile et universelle) en respirant plus lentement et tranquillement que l’habitude, et éventuellement en appliquant des techniques de respiration yogiques.


La cinquième étape est pratyahara, le retrait des sens, des émotions et de la pensée, comme fait la tortue qui retire sa tête et ses pattes dans sa coquille pour les protéger. Le yogi fait de même et retire sa conscience du monde extérieur et découvre le monde infini à l'intérieur de lui.


La sixième étape consiste en dharana, concentration, où l’on concentre l'esprit sur un seul objet ou un seul trajet de pensée, sans distraction.


La septième est dhyana, la vraie méditation, qui découle naturellement d’une concentration soutenue. Gurudeva dit qu’il est un état d’esprit calme, alerte, puissamment concentré où de nouvelles connaissances et intuitions se déversent dans le champ de la conscience. Une bonne méditation nous apprend quelque chose sur nous-mêmes ou sur le monde que nous ne savions pas auparavant.


La huitième et dernière est samadhi, l’objectif ultime du yoga, un état où le méditant et l'objet de sa méditation ne font plus qu'un.


Au fil des siècles, des systèmes spécialisés de yoga se sont développés dont le kriya yoga qui se concentre sur le contrôle de la respiration, sur mantra et mudra. Karma yoga, lui, transforme le travail en offrande au divin, tandis que bhakti yoga mène à l'union par la dévotion, et certaines formes de hatha yoga préconisent la perfection corporelle.


GURUDEVA : « Si vous ne faites rien d’autre que vous asseoir sans bouger, et respirer ... votre conscience va se libérer des concepts limités et pouvoir se déplacer vigoureusement jusqu’à arriver aux profondeurs subtiles où tranquillité et joie demeurent intactes tout au long des siècles. »