Chapitre   

47

Comment méditons-nous ?

RS1-in gods hand.jpg

Ce garçon a trouvé un endroit calme dans un temple à Bali, il s'y est assis confortablement mais bien droit, et commence à méditer, les yeux fermés et respirant régulièrement.

Retour à Siva

Un abrégé de l'enseignement hindou sivaïte

Gurudeva enseignait que « la méditation est un long voyage, un pèlerinage au cœur de l'esprit même ». Il répétait que la méditation apporte la joie, la créativité et une profonde tranquillité. Il nous instruisait précisément sur cette vénérable pratique.


D'abord, il nous disait de méditer régulièrement chaque jour, préférablement de bonne heure le matin, dans un lieu propre et, si c’est possible, tranquille. La méditation faite chaque jour stabilise les karmas, donne la sérénité et permet de maintenir un point de vue élevé vis à vis de la vie de tous les jours.


Il indiquait que « Tout juste avant le lever ou le coucher du soleil sont les moments les plus propices à méditer. Au début, votre méditation peut durer dix à trente minutes. »


Vous remarquerez peut-être que vos pensées s’emballent. Une respiration consciente et tranquille vous aidera beaucoup à les calmer, ce qui vous permettra de devenir conscient dans une région de l'esprit qui perçoit directement au lieu d’avoir à penser.


Gurudeva nous a appris la méthode nommée « préparation à la méditation » qui est élucidée ici-bas et consiste en une série d'exercices respiratoires et mentaux qui apaisent les pensées et intériorisent la conscience. À ce moment-là, nous sommes prêts à poursuivre une méditation fructueuse. Une fois celle-ci terminée on utilise cette même série d'exercices, mais en ordre inverse, pour revenir doucement à notre conscience normale. On consacre généralement un tiers du temps alloué à la méditation pour cette « préparation », la moitié du temps à la méditation proprement dite, et un sixième du temps pour en revenir.


GURUDEVA : « Tout pendant vos efforts méditatifs, retenez le principe philosophique que ce n’est pas l'esprit qui se déplace; c’est la conscience qui va d’une pensée à l’autre. Toutes les régions de l’esprit, dont les pensées, sont stationnaires. Elle voyage d'une pensée à l'autre, comme le citoyen libre va d’un pays à l’autre, d’une ville à l’autre, sans s’attacher nulle part. »


Aborder la méditation


1. LA POSTURE : Si vous le pouvez, asseyez-vous par terre, les jambes croisées en lotus ou en demi-lotus. Placez les mains sur les jambes, la droite posée sur la gauche, le bout des pouces se touchant légèrement. Si vous préférez, vous pouvez vous servir d’un coussin, ou méditer sur une chaise ou à genoux. Tenez-vous bien droit, les épaules vers l'arrière, et la tête parfaitement équilibrée au sommet de la colonne vertébrale. L’objectif est de se tenir sans effort et se sentir à l'aise.


2. LA CHALEUR DU CORPS : Sentez en vous la chaleur du corps, de la tête, de la poitrine et des pieds. Soyez conscient de la chaleur qui s'émane de la surface de votre corps.


3. LA RESPIRATION : Respirez par le nez plutôt que par la bouche. Et par le diaphragme, le muscle entre la cage thoracique et l’abdomen. Plutôt que de respirer en gonflant et contractant la poitrine, tâchez de vous servir uniquement du diaphragme, ce qui fera ressortir et rentrer un peu votre abdomen. Cette façon de respirer calme beaucoup l’esprit et décontracte le corps. En inspirant, comptez lentement jusqu'à neuf et retenez l'air pendant un temps. Puis comptez encore jusqu'à neuf en expirant, en soulevant doucement le diaphragme pour expulser l'air. Puis retenez encore pour un temps. Pour commencer, vous serez peut-être plus à l'aise en ne comptant que jusqu'à cinq ou six.


4. LA FORCE VITALE : Puis sentez en vous votre système nerveux. Découvrez les nerfs de votre visage, de vos mains et de vos pieds. Sentez l'énergie, ou force vitale, qui circule par ce système nerveux.


5. LA PUISSANCE DE LA COLONNE VERTÉBRALE : Maintenant, remuez un peu votre colonne vertébrale. C'est le seul moment en méditation où l’on nous demande de bouger. Ce mouvement vous aidera à vous concentrer sur la colonne vertébrale et l'énergie qui y circule. Essayez de n'être conscient que de la colonne vertébrale.


6. LE RETRAIT DES SENS : Réorientez les énergies couramment aux extrémités du corps physique vers l'intérieur de vous-même. Pendant l’inspiration, soyez conscient de votre jambe gauche toute entière. À l'expiration, réorientez doucement l'énergie de la jambe vers la colonne vertébrale. Faites de même avec l'autre jambe, avec les bras et enfin le torse, inclus la tête.


7. LA CONSCIENCE PURE : À présent, vous serez très peu conscient de votre corps. Puis, prenez conscience du fait que vous êtes conscient. Et enfin soyez conscient de votre conscience même, et de rien d'autre. Restez dans cet état de conscience aussi longtemps que possible.


Choisir son sujet de méditation


VOTRE MÉDITATION : Une fois le corps détendu et l'esprit apaisé, vous êtes en mesure d’aborder la méditation du jour. Il s’agira peut-être d’une situation problématique que vous aimeriez résoudre, ou d’une décision à prendre, ou d'un sujet qui vous intéresse. Mais ce n'est pas dire que vous allez simplement penser, soit passer logiquement d'une pensée à l'autre. Survolez plutôt le sujet, concentrez-vous sur lui d'une manière générale et attendez-vous à ce que de nouveaux aperçus vous viennent, ce qu’ils feront, tant que vous demeurez mentalement tranquille et continuez à les attendre. Ainsi, vous arriverez à profiter de votre esprit superconscient.


Ou bien, méditez sur les cinq formes de la conscience sivaïne


SIVACHAITANYA PANCHATANTRA : Quand vous serez bien avancé, essayez-vous à cette méditation, qui consiste à explorer les cinq formes de conscience sivaïne, l'une après l'autre :


Souffle vital (prana) : Concentrez-vous exclusivement sur l’inspiration et l’expiration. Essayez de les ressentir en tant que la volonté sivaïne en vous, puis en tant que pulsation de l'univers, la volonté divine en action.


Énergie omniprésente (shakti) : Soyez conscient de la force vitale en vous. Tâchez de percevoir cette même énergie universelle en chaque être vivant.


Sainte forme manifeste (darshana) : Concentrez-vous sur une forme divine de votre choix, telle que Nataraja, Sivalinga ou votre satguru, et éprouvez-la en vous en tant que Siva lui-même.


• Lumière intérieure (jyoti) : Regardez en vous-même comme s’il y avait un écran de télévision. Retirez-en les images. Retirez-en les pensées. Il ne reste plus que la lumière. Concentrez-vous sur cette lumière.


• Son primordial (nada) : Écoutez le « i-i-i » résonnant perpétuellement en votre tête comme un essaim d'abeilles. Généralement on l'entend d'abord dans une oreille, puis dans l'autre. Essayez d'équilibrer les deux tonalités jusqu'à ce que le « i-i-i » s’entende au milieu de la tête.


Revenir de sa méditation


RÉPÉTER LES SEPT ÉTAPES, MAIS EN SENS INVERSE : Lorsque votre méditation se termine, répétez à l'envers les étapes que vous avez faites pour vous intérioriser. Sentez d’abord la colonne vertébrale, puis l'énergie qui s’y trouve et qui revient dans le corps physique, puis le système nerveux, puis votre souffle. Enfin, prenez conscience de la chaleur du corps, puis de votre posture. Ouvrez les yeux, chantez trois fois « AUM » et votre méditation est maintenant correctement terminée.


Chaque fois que nous nous tournons envers nous-même, la vie s'enrichit. Gurudeva a dit que la seule mauvaise méditation est celle que vous n'avez pas faite.