Chapitre   

61

Que fait-on au temple ?

RS1-in gods hand.jpg

Retour à Siva

Un abrégé de l'enseignement hindou sivaïte

Nous allons au temple pour nous rapprocher de Dieu. Bien que Siva existe partout, c'est au temple que nous pouvons le plus facilement ressentir sa présence. Sachant que Siva et les devas nous y verront, nous voulons faire bonne impression.


Avant de venir, on se baigne et on met des vêtements propres et traditionnels. On prépare une offrande : des fruits, du lait, de l'encens ou une belle guirlande de fleurs, par exemple. L'acte d’offrir nous rend réceptifs aux bénédictions.


Avant d’entrer, on retire ses chaussures et on se rince les mains, les pieds et la bouche, puis on se dirige vers l'autel de Ganesha pour demander ses bénédictions. On fait le tour du temple ou de l'autel central, allant dans le sens des aiguilles d'une montre, et enfin on rend hommage à chaque sanctuaire dédié à l’un des Dieux.


Si c'est l'heure de la puja, nous nous asseyons tranquillement et en profitons. Le prêtre, grâce à ses chants, ses gestes, ses visualisations et ses offrandes de choix, se purifie et rend hommage au Dieu, le traitant comme un roi. Il l’implore de venir déverser ses bénédictions sur tous ses dévots.


Pendant la puja, on se concentre, ne permettant pas à notre esprit de vagabonder ailleurs. Au fil du temps, nous apprenons ce que signifient les chants et les gestes du prêtre et nous arrivons à les suivre mentalement.


Après l'arati, on se prosterne puis on se relève pour prendre la flamme, l'eau bénite, les saintes cendres et autres sacrements, par la main droite. Enfin, on s’assied tranquillement pour méditer ou simplement prendre plaisir à ressentir les bénédictions se déversant sur soi. C'est aussi un moment idéal pour faire son japa.


La dévotion peut se manifester de multiples façons. Certains dévots se réjouissent du moment, d’autres se perdent dans une communion céleste, ou cherchent à se consoler de la perte d’un être cher, ou chantent de beaux cantiques ou des mantras, ou encore assistent à un sacrement.


Lorsqu’on rentre chez soi, on allume une lampe à huile dans le sanctuaire familial pour y introduire les devas du temple qui sont revenus avec nous. Puja et autres rites donnent l’occasion de réfléchir et de nous attarder sur quelque chose de plus digne et profond que ce qui nous préoccupe d’habitude. La puja est notre sainte communion pleine de merveilles et de tendres sentiments.


Le dévouement est indispensable à la puja. Elle n’a de vraie valeur que dans la mesure où le cœur y participe. Quand le dévouement y est vraiment, les gestes les plus simples deviennent sainte liturgie.


GURUDEVA : « Il y a d’innombrables temples et autels de notre religion à travers le monde où demeurent nos devas et nos grands Dieux. Lorsqu’on y entre, on en ressent tout de suite la sainteté. »