Chapitre   

66

Pourquoi s’adonner à un art culturel ?

RS1-in gods hand.jpg

Retour à Siva

Un abrégé de l'enseignement hindou sivaïte

Quelle joie d’entendre un chanteur ou un musicien accompli, ou d’admirer une illustre danseuse ! Et devant une belle toile de Siva, on se sent transporté. On est enchanté par une histoire bien racontée. Chaque pièce de musique, chaque œuvre d’art et chaque spectacle est un précieux bienfait pour tous ceux qui ont la chance d’en profiter.


Gurudeva encourageait ses disciples à se perfectionner dans un art traditionnellement sivaïte : la musique, le chant, le théâtre ou la danse. L’idéal, disait-il, était de former les futurs artistes dès l’enfance. Il encourageait aussi ses disciples à acquérir une compétence manuelle, telle que la poterie, la couture, la vannerie, la peinture, le jardinage, la pâtisserie ou la construction et l'entretien des édifices. Toutes ces compétences sont utiles et édifiantes pour la famille et toute la communauté.


Nos choix sont nombreux. On peut apprendre une forme de danse indienne classique. On peut apprendre à chanter, ou jouer d'un instrument tel que la vina, la flûte ou le tambour. On peut apprendre à chanter en sanskrit, ou à illustrer ou élucider les enseignements avec éloquence. On peut se perfectionner dans la fabrication des guirlandes, la composition des poèmes, la sculpture ou la menuiserie. On peut créer des dessins kolam, (motifs d'inspiration géométrique qu’on trace à même le sol dans les villes et villages de l’inde) et autres décorations. Ou bien, on peut se perfectionner en cuisine et préparer des prasadam (des mets aromatiques et délicieux qu’on offre aux Dieux puis qu’on partage avec tous pendant les fêtes).


Ce n’est pas facile d’apprendre une compétence nouvelle. Cela exige beaucoup de volonté de notre part et de dévouement. Mais si l'on persévère, nous pourrons réussir de la même manière dans tout ce que nous entreprenons. Et chaque nouvelle expression artistique élèvera les esprits de vos amis, de votre famille et de votre communauté.


Et ces mêmes expressions vous enrichissent vous aussi. Vous devenez un être de plus en plus accompli, et pouvez même transmettre ce que vous avez appris, ce que vous savez, à de nouveaux apprentis. La tradition hindoue comprend 64 kala (arts culturels). Dans les Saiva Dharma Shastras Gurudeva présente deux listes de kalas adaptées à notre époque, une pour les jeunes filles et l’autre pour les jeunes garçons.


GURUDEVA : « L’Hindou prend plaisir et inspiration à tous les aspects de la vie une fois qu’ils ont été transmués en une expression religieuse par l’artiste. Pour l’Hindou l’art est une expression religieuse, dont les dessins, peintures et sculptures des Dieux, des devas et des saintes âmes, la musique dévotionnelle dépeint les nuances des chakras supérieurs, émulant la voix des Dieux, tandis que la danse émule les mouvements des Dieux. »