Qui nous sommes

Nous sommes dévots de Siva  épris par la magnificence de l'hindouisme, sa pensée, sa spiritualité, sa sagesse, son savoir-vivre, ses pratiques efficaces et ses connaissances profondes. On cherche à présenter cette merveille en son essence la plus pure,  en toute sa beauté et ainsi l'offrir  

aux francophones du monde.

© 2019 par L'équipe de Siva fièrement créé avec Wix.com

December 16, 2019

December 9, 2019

December 2, 2019

September 30, 2019

July 28, 2019

Please reload

Posts Récents

Un grand Hindou disparait

December 16, 2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Inde : à Pondichéry, un étrange parfum de France

August 4, 2017

 

 

 

 

PONDICHÉRY - GAËL TURINE (IMAGES) ; ELODIE MONTRÉER (MONTAGE) / GEO - VENDREDI 4 AOÛT 2017

 

Découvrez les coulisses de nos reportages… Bienvenue dans cette ville aux rues pavées, bordées de demeures pastel aux toits de tuiles et aux balcons ouvragés. Restitué à l’Inde en 1962, l’ancien comptoir, alangui sur la côte de Coromandel, cultive un exostisme qui ne nous est pas étranger.

 

A première vue, Pondichéry ressemble à toutes les cités indiennes. Les carrefours sont bordéliques, embouteillés, bruyants. Des processions hindoues aux couleurs chatoyantes envahissent souvent le centre-ville. Mille et une effluves et couleurs se mêlent sur les étals des marchés.

 

Mais surprise, dans le vieux quartier colonial, les policiers portent le képi, le français côtoie le tamoul sur les panneaux des rues, la messe se dit dans la langue de Molière et les aficionados de la pétanque se retrouvent chaque dimanche au pied de la statue de Jeanne d’Arc pour taquiner le cochonnet. Ils ne sirotent pas de pastis, mais du nour - une boisson à base de lait fermenté bouilli et d’herbes, typique du sud de l’Inde.

 

Car cet ancien comptoir français a été restitué très tardivement à l'Inde, en 1962. A l'époque, certains habitants ont même choisi de garder la double nationalité. Aujourd’hui, les quelque 5 000 Franco-Pondichériens forment une minorité française essentiellement… non-francophone Ce qui n'empêche pas Pondichéry de continuer à cultiver une certaine French touch.

 

 

Repères

• 1664 Colbert, ministre de Louis XIV, fonde la Compagnie française des Indes orientales (CFIO).

• 1674 La CFIO achète le village de Pondichéry au sultan de Bijapur.

• 1686 Un premier comptoir de commerce est établi sur la côte de Coromandel.

• 1693 Les Hollandais prennent le contrôle de Pondichéry.</